RUZB actualités

  • Chiffres

    Les sept Hôpitaux Académiques représentent ensemble un chiffre d’affaires de 3,2 milliards d’euros. Ensemble, ils comptent 27.500 travailleurs salariés, dont 2.500 lédecins à temps plein et 1.900 assistants en formation. Les Hôpitaux Académiques sont souvent les plus grand employeurs dans leur région et sont dès lors des acteurs sociaux importants.

     

    Lees meer
  • La recherche

    Les hôpitaux académiques belges sont conjointement responsables de 80% de la recherche biomédicale en Belgique. Leur objectif est d’améliorer les connaissances relatives aux maladies et à la santé, d’apporter de nouveaux points de vue qui mèneront en fin de compte à de nouvelles ou de meilleures thérapies pour le patient. La loi prévoit que chaque HA contribue à la recherche scientifique clinique ainsi qu’à la recherche et l’évaluation de nouvelles technologies médicales. Ils ont également une tâche importante d’évaluateur des actes médicaux innovants.

    Lees meer
  • Conférence de presse 18 décembre 2013

    “Les Hôpitaux Académiques Belges demandent plus de moyens pour la recherche, pour l’innovation et pour la formation des médecins”

    La Conférence des Hôpitaux Académiques de Belgique*, qui réunit les sept Hôpitaux Académiques de notre pays  lance en association leurs universités respectives, un appel au gouvernement pour libérer davantage de moyens financiers pour la recherche clinique, et la formation des médecins-chercheurs afin que les Hôpitaux Académiques puissent continuer à remplir leurs tâches distinctives en matière de recherche clinique et formation professionnelle.

    Les Hôpitaux Académiques exercent un rôle tout à fait spécifique dans l’organisation des soins de santé. A côté de leurs missions fondamentales que sont les soins aux patients, la recherche clinique et la formation des médecins spécialistes, ils sont également des centres référence pour les patients porteurs de maladies rares et complexes. Tous sont, en effet, liés aux Facultés de Médecine qui offrent un curriculum complet. Cette interaction permet d’introduire rapidement et très concrètement de nouveaux développements aussi bien du point de vue technique que biomédical dans les soins cliniques courants au bénéfice de nos patients.

    Un autre rôle spécifique des Hôpitaux Académiques est également de développer de nouvelles technologies, de mesurer leur valeur thérapeutique et de sensibiliser les médecins à leur usage. Les exemples, souvent spécifiques à chaque hôpital académique, sont légion. Le développement et l’intégration de ces applications exigent cependant un investissement important en temps, en moyens et en main d’œuvre.

    « Le développement de nouvelles technologies nécessite du temps, de la main d’œuvre et donc des moyens financiers à la hauteur.»

    Autre exemple  :  la recherche clinique qui permet que des techniques innovantes ou du matériel de pointe (des prothèses par exemple), soient évalués et plus rapidement mis à disposition des patients qui se voient ainsi offrir de nouvelles perspectives de soins.  De telles pratiques nécessitent un large encadrement.

    Les hôpitaux académiques ont été impactés de manière significativement plus importante que les hôpitaux non-académiques par les mesures d’économie prises ces dernières années. L’ensemble des mesures prises en 2013 et les économies annoncées depuis l’été 2013 par le gouvernement coûteront 52 millions d’euros aux Hôpitaux Académiques, soit 1,65 % de leur chiffre d’affaire global.  Ces mesures viennent s’ajouter aux économies précédentes. Depuis 2011, celles-ci dépassent déjà 100 millions d’euro.

    Dans les hôpitaux non-académiques, une grande partie des économies est supportée par le corps médical par le biais des réductions d’honoraires. Dans les Hôpitaux Académiques, les économies sur les honoraires médicaux impactent directement le fonctionnement de l’hôpital. La  participation financière des médecins y est en effet inexistante vu qu’ils  sont salariés. Les économies pratiquées de la sorte sont dès lors intégralement reportées sur l’hôpital, contraint de les prendre en charge.

    Les Hôpitaux Académiques, doivent pouvoir continuer à fidéliser les jeunes médecins motivés par la recherche clinique. Il est indispensable de  pouvoir leur offrir un salaire compétitif, des moyens à la hauteur de leurs ambitions et le support nécessaire en termes d’encadrement. A défaut, ils risqueraient de privilégier la pratique médicale indépendante. Encourager la formation des médecins et le développement de nouvelles techniques médicales contribue au développement d’une médecine qui offre aux citoyens belges la garantie d’une médecine de haut niveau pour les années à venir.

    “Le montant des épargnes cumulatives depuis 2011 est de l’ordre de plus de 100 millions d’euro.”

    Les Hôpitaux Académiques sont bien entendu prêts à participer aux efforts demandés à l’ensemble du secteur, mais demandent que leur financement leur permette de poursuivre leurs missions scientifiques et de formation. Ils demandent dès lors avec insistance d’actualiser le financement de la fonction Académique.

    *La Conférence des Hôpitaux Académiques de Belgique  a été créée en 1998 et re-groupe les sept   Hôpitaux Académiques de Belgique (UZ Gent, UZ Brussel, UZ Antwerpen, UZ   Leuven, Hôpital Erasme (ULB), Cliniques Universitaires St-Luc (UCL) et le CHU   de Liège. Le Conseil de Gestion se réunit tous les mois pour discuter les   évolutions récentes autour de la gestion, les soins de santé de référence, la   recherche et la formation. La Conférence est présidée par un de ces   Conseillers pour une durée d’un an.Les sept Hôpitaux Académiques représentent ensemble un chiffre d’affaires   de 3,2 milliards d’euros. Ensemble, ils comptent 27.500 travailleurs salariés, dont 2.500   médecins à temps plein et 1900 assistants en formation.  Les Hôpitaux Académique sont souvent les   plus grand employeurs dans leur région et sont dès lors des acteurs sociaux   importants. 

    Une étude réalisée par le bureau Antares a chiffré les coûts réels de la   mission universitaire : celle-ci démontre que les coûts supplémentaires   auxquels font face les hôpitaux pour les missions universitaires s’élèvent à   24,3% de l’ensemble de leur budget de fonctionnement. En 2013, la sous-partie B7A   du budget pour les Hôpitaux académiques belges s’élève à 139 millions d’euros ce qui représente   moins de 5% du total de leurs recettes. Dans d’autres pays européens, les hôpitaux académiques   reçoivent un financement nettement plus élevé.

     

     

     

    Pour plus d’informations, n’hésitez pas à contacter Chantal De Boevere, coordinatrice générale de la CHAB (GSM: 0479/29.98.78 / e-mail: Chantal.de.boevere@univ-hospitals.be)

    Lees meer
  • UZ’s vragen politici aandacht voor onderzoek

    Sinds begin dit jaar brengt de RUZB de onderfinanciering van het onderzoek aan onze UZ’s ook onder de aandacht van de regeringsleiders en de voorzitters van de politieke partijen. De 7 UZ’s zijn samen goed voor 80% van de bijdrage aan het biomedisch onderzoek in dit land, de opleiding van de geneesheer-specialisten en de state of the art zorg voor patiënten die nergens anders meer terecht kunnen. De RUZB vraagt de politici oog te hebben voor de onderfinanciering en de gevolgen hiervan voor de zorg voor de patiënt. Het onderzoek in de UZ’s vormt een schakel tussen wat in het labo gebeurt en de vaak ernstig zieke patiënt. De chronische onderfinanciering leidt ertoe dat vooral ernstig zieke patiënten in de kou komen te staan.

     

    Lees meer